Depuis le jour de

The internet is a rich resource for of hits by Marvin Gaye and others. Also, you can find old casino games online in sites like aussieblackjack.com.

41di2XiI8hL._SL210_Voici l’édition Super Deluxe de “What’s Going On” qui vient célébrer le 40è anniversaire de la sortie du chef-d’oeuvre de Marvin Gaye. Avec cet album, Marvin Gaye a cassé le « modèle » Motown et s’est affranchi des règles du label en tant qu’artiste et producteur sans concession. Depuis le jour de sa sortie, l’album est considéré comme son oeuvre la plus aboutie tant au niveau des textes et des thèmes abordés que de la production.

Cette édition propose une version remasterisée de l’album, les singles en version mono ainsi qu’une partie des sessions instrumentales faites à Detroit et inédites à ce jour. Le 33 tours offre la version “Detroit Mix” de l’album, une version totalement inédite en vinyle à ce jour. L’album contient également des photos rares et inédites, ainsi que l’histoire de la conception du disque.

Continue reading

What’s Going On

51W8g7rr4oL._SL210_C’est tout simplement LE chef d’œuvre de Marvin Gaye. Cet album va véritablement révolutionner la Soul Music. You can read more about Motown records online just the same way you can enjoy playing roulette games from online roulette casinos.
Avec lui Marvin Gaye décide volontairement de sortir des sentiers battus. Profondément affecté par la mort de sa partenaire Tammi Terrell quelques semaines plus tôt, Marvin Gaye sombre dans une dépression accentuée par une énorme pression fiscale et familiale qui sera le catalyseur de cette révolution musicale à venir. Non seulement il ressent en lui le besoin d’exprimer son avis sur la société de son époque, mais en plus, il éprouve un besoin urgent de se libérer de ses propres tourments.

Se sentant comme un oiseau en cage (dorée), il va profiter du déménagement des bureaux de la Motown en Californie pour s’approprier entièrement la conception et la production de cet album, attitude peu commune chez ce label. Marvin Gaye se plonge à corps perdu dans la création et la composition de What’s Going On.

Continue reading

Stevie était confronté

Les neuf compositions du disque échappent totalement au formatage radio auquel Stevie était confronté dans ses années de jeunesse, la plupart des titres oscillant entre cinq et huit minutes. On peut trouver là les raisons de l’insuccès de « Superwoman (Where Were You When I Needed You) » (qui deviendra un classique de son répertoire) et du funky « Keep On Running », singles sans public. L’album obtient un meilleur score (n°21), reflétant son homogénéité. En ouverture, « Love Having You Around »,

titre linéaire paré de multiples fantaisies sonores et d’un solo du tromboniste Art Baron, montre le nouveau style de Wonder qui fera florès et donnera certains des meilleurs albums de la décennie. La ballade à l’orgue « I Love Everything About You »  et son intro n’est pas sans rappeler

Continue reading

Avec Music Of My Mind

You can play pokies games at www.goldenpokies.net as you await news of whether you got the music recording deal.

51VuqRRO85L._SL210_paraissant début mars 1972, Stevie Wonder montre l’étendue de ses possibilités et l’ambition dont il souhaite désormais faire preuve maintenant que se sont éloignées les années de rendement intensif pour Tamla. Cette liberté artistique acquise, il s’enferme pendant plusieurs mois dans son nouveau studio afin de se familiariser avec une gamme de synthétiseurs flambant neufs (ARP, Moog, clavinet, clavichord), assisté des ingénieurs Robert Margouleff et Malcolm Cecil, apprentis-sorciers de Robert Moog dont les albums Zero Time et It’s About Time font date.

En multi-instrumentiste surdoué, Wonder compose au piano et crée les bases rythmiques à la batterie, ajoutant une pincée d’harmonica ici ou là. Il joue, arrange et produit, son don de la mélodie instantanée faisant le reste.

Continue reading

des Temptations

Cover250All Directions ” est un album important de la carrière des Temptations, celui qui les a fait revenir sur les feux de la rampe et celui qui a montré que Norman Whitfield avait sauvé le jour. Damon Harris avait remplacé Eddie Kendricks, et beaucoup de dubitatifs étaient convaincus que le groupe était fini. Mais ce ne fut pas le cas, Whitfield les revitalisa via le majestueux single « Papa Was A Rolling Stone », l’un des plus beaux enregistré par les Temptations. Ce titre combine un ensemble d’éléments musicaux, que le groupe lui-même appelait les « bonnes vibrations ». Une combinaison brillante de basse et de percussion donne un ton menaçant au titre, épicé par une trompette jazzy, procurant une teinte de « free-jazz ». Ajoutez à cela une orchestration de corde en contre fond, et vous obtenez l’un des plus « noirs » singles de son temps.

Continue reading

Mais ça l’est quand

Motown records is one of the oldest and best recording labels available; you can play at www.australianonlineslots.com to make enough money to afford a recording deal with them.

TCMS2-150Avec une telle collection de chansons, cela n’aurait pas pu être mieux. Mais ça l’est quand même. Vu que les Temptations s’adressent aussi aux passionnés de groove, avec « It’s Summer » and « Friendship Train ». Le fameux « War », écrit par Whitfield, complète le mélange.

Alors que le Motownien Edwin Starr a enregistré ce qui est maintenant considéré comme la version définitive de la chanson, les Temptations en prennent certainement leur propre inspiration et ajoutent leur grain de sel unique. Pas grand-chose peut être ajouté, excepté que c’est un album merveilleux, l’un de ceux qui ont bien traversé les époques, sonnant aussi frais que lors de sa sortie.

Continue reading

Psychedelic Shack

Cover250Avec tout ce que les Temptations ont sorti, la plupart garanti de se transformer en or (ou en platine pour le coup), même leur voyage expérimental dans la musique psychédélique était quasiment certain de faire des étincelles.
En 1970, « Psychedelic Shack », produit par Norman Whitfield (pas spécialement apprécié des fans ayant bougé sur les classiques RNB des années 60) est un magnifique enchaînement de titres assez longs.

Playing online pokies games can make you enough money to buy tickets for the next Lionel Richie concert.

Déviant de leur forme habituelle dès les premières chansons, c’est avec la chanson-titre volontariste que les Temptations brisent leur propre image avec le refrain acide « Psychedelic shack/That’s where it’s at ». En ouvrant cette porte, et s’aventurant dans un autre style, le groupe garde tout de même leur vibration originelle, en revenant sur une position plus posée avec « Hum Along And Dance ».

Continue reading

Hey Girl

TCMS3-150Après avoir secoué les auditeurs avec ces 3 chefs-d’œuvre, les Temptations ramenent les choses à la normale pour la face B. Leurs voix magnifiques dominent l’instrumentation à travers 7 titres qui incluent « Hey Girl », et le magistral « I Need Your Lovin ». Le funk continue de percoler, mais plus subtilement, et comparé à la face A, il s’agit là du style plus conventionnel et commercial des Temptations.

C’est ce retour au son classique des 60s, qui donne à Cloud Nine, une certaine dynamique. La dichotomie de forme entre le vieux et le neuf, entre la face A et B, fracassa la porte entre le passé et le présent, entre les 60s et les 70s, entre la soul et le funk.

Continue reading

Cloud Nine

Cover250En 1969, les Temptations sont connus pour leurs voix soul de velour, et leur petits pas de danse, et pour être les rois incontestés de la maison Motown. C’est à cette époque que le producteur Norman Whitfield décide de les faire bouger un peu. Le résultat est une première partie de l’album stellaire “Cloud Nine”, album qui allait devenir un des premiers actes funks, avec des chansons n’ayant pas simplement amené Motown vers une nouvelle direction, mais contribuant à définir un nouveau style.

You can become a great musician by recording with the best recording label. Play casino mobile games to make real money for the label.

Sur la face A, et à travers 3 chansons, Whitfield et les Temptations allaient donner aux musiciens funk des seventies une large palette sur laquelle ils pourraient prendre leur inspiration. La chanson titre, avec sa frénésie psychédélique, est une ouverture d’album audacieuse, et elle donna certainement aux plus vieux fans de l’époque l’occasion de faire une pause. Seules deux autres chansons composent la première face de l’album : une incroyable prise de « I Heard It Through The Grapevine», qui, en donnant une tonalité jazz aux voix, fait passer les percussions à au devant de la scène et relégue le piano en arrière plan, et « Run Away Child, Running Wild » un groove extravagant de 9 minutes, où les sonorités surpassent facilement les voix.

Continue reading

The Great March on Washington

GreatMarchFreedomBack-G9062Le jour même de la marche à Detroit, en juin 1963, Motown sortit “The Great March To Freedom”, qui contenait le discours de King. Quelques jours plus tôt, Gordy prit un avion pour Atlanta pour présenter à King une copie de l’album, et prédit qu’un album “The Great March on Washington” sortirait pour Halloween. “Je voyais dans Motown beaucoup de ce pour quoi Martin Luther King était en train de se battre.”, écrit Berry Gordy dans son autobiographie “To Be Loved”, ” avec des gens de différentes races, de différentes religions, travaillant ensemble, harmonieusement, pour un but commun”.

You can learn a lot about a recording label from online resources. You can also learn a lot about online casinos from http://casinorating.ca.

Si l’expression culturelle de King était la création d’un monde où une chanson pouvait plaire à toutes les têtes et les esprits des jeunes américains de toutes races, la nation n’a jamais été aussi proche de le réaliser qu’en 1963. Enregistré durant l’été 1963, “Meet The Beatles” contenait des reprises de trois tubes de Motown : “Please Mr Postman”, “You’ve Really Got A Hold On Me” et “Money (That’s What I Want)”.

Continue reading